fbpx

Michael Sweerts, le Vermeer brabançon

L’expert a souvent cet avantage sur l’historien de l’art de pouvoir toucher au plus près le génie du passé. Plus particulièrement en cette période de distanciation sociale, qui voit les événements ‘‘en vrai’’ se raréfier comme peau de chagrin, la contemplation intime des chefs d’œuvre constitue un véritable privilège ! Surtout lorsqu’ils sont signés de grands maîtres que l’on redécouvre aujourd’hui à l’aune des résultats obtenus par leurs œuvres en salles de vente. C’est le cas de Michael Sweerts, obscur artiste brabançon du XVIIe siècle, pourtant considéré à son époque comme l’équivalent d’un Vermeer.

Les commentaires sont fermés.